Dubaï Jour 1 et 2: Turkish Airlines, FlyingCup et Tefactor

Img 7613

Vendredi 17/02/23, c’est THE grand départ pour Dubaï. Raphaël est excité comme une puce, ça fait 6 mois qu’il attends ça.
C’est lui qui a choisi la destination pour ce séjour entre mère et fils. J’étais partie pour un road trip dans le désert marocain à la base… C’est pas le même délire! Mais que voulez vous… Comment pourrais je lutter contre la volonté d’un ado?

Ca commence mal

Au réveil ce matin, c’est la douche froide. Mon téléphone m’annonce un mail qui commence par « votre logement Airbnb… ». Pas bon ça, pas bon du tout.

Logement en perdition…

Bingo, durant la nuit, mon hôte Airbnb a annulé la réservation!! On part ce soir, et il me fait ce coup là?! Après un mail assassin, il m’explique qu’il a un problème dans les toilettes du logement, qu’il le ferme pour plusieurs jours. Mouais, bon, passons.

Je me mets en quête d’un nouveau logement. Airbnb propose un dédommagement de 49€ si je prends un autre logement chez eux (en plus du remboursement intégral de l’autre, bien sûr). Je regarde, j’en trouve un pas mal. Je prends contact avec l’hôte. Malheureusement, malgré des réponses très rapides, il me dit regarder si c’est possible, mais j’ai beau attendre rien ne vient.

Je n’ai pas le temps d’attendre. En moins de 3 heures, je dois avoir validé notre nouveau logement.
Je regarde sur Booking avec une réception 24/24 (on arrivera demain matin à 5:00…), mais tout est soit cher, soit pas terrible. N’oublions pas que c’est très serré comme timing, la plupart sont déjà pris!

Je fais appel à un ami de Stéphane qui habite Dubaï, malheureusement il n’est pas sur place en ce moment, il ne peut pas nous accueillir. Il demande à une amie à lui qui a un appart en location, mais il n’est pas dispo non plus. Le sort s’acharne!

Le sauvetage

Je fini par me faire une raison. Pas le choix, je dois passer par Booking (j’ai regardé sur les autres sites, rien de probant).

J’augmente mon budget. J’accepte d’être loin du métro (je pensais tout faire en métro), car notre ami me confirme que le taxi est très facile et peu cher. Par contre, hors de question de dormir en dortoir (c’est ce qu’il y a de moins cher et de dispo dans la zone qui m’intéressait).
Je pensais aussi accepter de ne pas avoir ni de cuisine ni de piscine. Mais après avoir repéré 2 solutions, je fini par prendre une réservation au Ghaya Grand Hotel.

Il est bien plus cher que mon Airbnb (c’était 420€ la semaine avec piscine, cuisine et à 2 pas du métro et proche de la Marina, là j’en ai pour le double). Mais cet hôtel a plusieurs avantages: il a une piscine, c’est un appartement complet, est bien noté.
Par contre ce sera tout en taxi, il est assez excentré.

Allez, on se détends, une bonne chose de faite.

Aéroport et compagnie

Côté aéroport, on est vernis en Alsace. Nous avons plusieurs aéroports autour de nous: Mulhouse-Bâle (le plus proche de chez nous), Zurich (à 2h, mais en Suisse), Francfort (3:30, en Allemagne) et bien sûr Paris (5:00). Je ne parle pas de Strasbourg, car il offre peu de billets internationaux intéressants…

Cette fois, nous décollons de Bâle. Déjà parce que quand je pars seule avec Raphaël, je n’aime pas me lancer dans de longs trajets en voiture. De plus, Mulhouse-Bâle a une belle offre de compagnies et de destinations. Si vous n’habitez pas trop loin, pensez y!
Lorsque nous étions allés à Dubaï en 2016, nous étions partis également de Bâle, avec Easyjet. Cette fois, c’est Turkish Airlines qui m’a proposé le meilleur rapport horaires-prix! J’ai payé 709,75€ pour 2 aller retour (soit environ 355€/personne). Pour avoir ce prix, je le précise de suite, j’ai réservé fin Septembre, soit 5 mois avant le départ. Il n’y a pas de secret, pour avoir un bon prix, c’est 5 mois avant, minimum! J’ai également accepté un voyage sur 2 jours: notre escale à Istanbul est de 19:15 à 22:30, ce qui nous fait prendre un vol de nuit et arriver tôt à Dubaï (3:50).

Embarquements, escale et vols avec Turkish Airlines

Du côté de Mulhouse-Bâle

C’est ainsi que nous arrivons à Bâle en tout début d’après midi. Notre vol part à 14:20, je fais toujours en sorte d’arriver 2h avant pour les vols internationaux, pour ne pas être dans le speed.

Steph nous accompagne jusqu’à la dépose des bagages, qui se passe très rapidement! Je m’étais enregistré la veille et avais imprimé mes Boarding pass, et il n’y avait vraiment personne dans la file quand nous sommes arrivés!

On mange un bout avec Stephane, et c’est l’heure des au revoir…

On passe la sécurité, et à peine le temps de patienter un peu on embarque.

Escale à Istanbul

Lorsqu’on rentre dans l’avion, au départ j’ai un sentiment de confort: il a l’air franchement neuf.

Par contre à peine assis je me rends compte d’un détail de taille: pas d’écran!! Heureusement, j’avais prévu le coup et pris l’ordi avec quelques films sur le disque dur. Pensez y si vous prenez Turkish Airlines…

À bord, on nous sert un petit sandwich qui ne paie pas de mine… Ça fait l’affaire pour caler un peu.

Arrivés à Istanbul avec un petit peu de retard, rien de bien méchant. Nous avons 3h d’escale devant nous, on a le temps!

Après avoir repassé la sécurité, nous profitons de ce temps pour aller manger quelque chose d’un peu plus consistant. L’offre est intéressante à l’aéroport d’Istanbul. Burger King et autres chaînes se partagent le lieu. Pour nous ce sera dans un tout petit Subway!

Nous embarquons à l’heure pour repartir vers notre dernière destination. Malheureusement nous décollons finalement avec plus de 45min de retard: le trafic est dense, nous sommes à la queue leu leu sur la piste pour attendre notre tour!

Arrivée à Dubaï et premières activités

Notre arrivée à Dubaï

A l’aéroport de Dubaï

Cette fois, c’est un vol de nuit, et nous sommes bien fatigués.

Du coup, dès qu’on a enfin décollé, je sors nos coussins de voyage du sac, et dodo!! On a de la chance, la personne qui était à côté de moi décide de changer de rang pour profiter de la place plus importante des rangs avec la sortie de secours. Du coup, on peut profiter de 3 places pour nous deux.

Raphael arrive donc à s’allonger un peu. Nous dormons plutôt correctement pour un sommeil dans un avion…

Ici aussi, distribution de petits sandwichs. Rien de transcendant.

L’immigration à Dubaï

À la sortie de l’avion, avec toujours nos 45min de retard, direction l’immigration. Là, une hôtesse nous guide vers des portiques automatiques. Je tique mais on essaie quand même. Bingo, pour Raphaël ça ne passe pas. C’est un mineur, pour moi ce genre de chose ne fonctionne pas pour les mineurs. Mais de toute façon on a vu pas mal de gens qui ont dû se diriger vers les bureaux habituels même en étant adultes, je ne sais pas trop pourquoi parfois ça ne fonctionne pas.

On prend donc la file pour faire vérifier les passeports par des douaniers. La file paraît longue, mais finalement ça passe assez vite. Un écran annonçait 10min d’attente, je pense que c’était juste.

La carte SIM

À Dubaï, ce qui est marrant, c’est qu’à l’arrivée le douanier vous met dans le passeport une carte SIM. Raison de plus de ne pas aller aux bornes automatiques.

C’est pas mal, une fois à l’hôtel je l’ai installé plutôt facilement (ne les mélangez pas, chaque carte est pour un passeport en particulier!!). Ça vous donne 1Go pour 24h gratuit, ensuite il faut recharger. Je vais tester ça!!

Rejoindre notre logement en pleine nuit

A la base, j’étais partie pour rejoindre notre logement en métro, vu qu’il devait se trouver pas loin d’une bouche de métro. Mais comme j’ai dû changer en dernière minute (voir plus haut), je n’avais plus le choix: c’était taxi!

Une fois les bagages récupérés (c’est long quand il est 4h du matin…), nous suivant la direction des taxis.

Tout se déroule rapidement, ils attendent tous sur 4 files, ça embarque au fur et à mesure. On n’a pas du tout attendu!

Par contre attention à prendre les taxis beiges, ce sont les officiels et les moins chers. On n’a pas été trop sollicités par d’autres, mais on peut quand même se faire avoir si on ne le sait pas.

Notre logement à Dubaï

C’est ainsi que nous arrivons à notre hôtel, le Ghaya Grand Hotel, vers 6h du matin.

Le check in est un peu long: le réceptionnaire fini par me dire qu’il nous met dans une chambre pour le moment, l’appartement sera dispo que cet après-midi.

Bah, tant qu’on peut aller se coucher… Car ce matin quand j’ai dû réserver en urgence, j’ai bien fait en sorte de réserver une nuit de plus pour pouvoir dormir dès notre arrivée. Impossible de profiter de notre première journée sinon!

J’avais payé la première nuit d’avance, je règle donc le reste et on monte dans la chambre. C’est tout confort! Une douche et dodo!

Moi j’ai du mal à dormir longtemps, mais Raphaël a bien rechargé les batteries!

L’après midi, on perd pas de temps!

Une fois reposé, je prépare le sac pour les activités de la journée. Flying cup, Tepfactor et plage sont au programme!

Pour nous y rendre, j’avais téléchargé l’application Careem, qui permet de réserver un taxi. Un concurrent d’Uber en fait, sauf que vous pouvez utiliser les vrais taxis, les officiels. C’est l’appli la moins chère apparemment.

Mais en fait, j’en ai pas eu besoin. Il y a des taxis qui attendent au pied de notre hôtel, même pas besoin d’attendre!! Le pied.

Le FlyingCup

C’est ainsi que nous arrivons au FlyingCup, sur la plage de Jumeirah.

Le FlyingCup, c’est une sorte de soucoupe volante, qui vous emmène à 40 mètres au dessus du sol, sur la plage à 2 pas de la Palm de Jumeirah. La plateforme tourne lentement sur elle même, vous permettant d’observer durant 20min les gratte-ciels et le golf Persique.
Vous pouvez soit prendre des tickets pour juste le « vol », soit prendre des options de repas simples: pizzas, hot dogs, pop corn, boissons…

Ne sachant pas trop comment allait se dérouler notre matinée, et surtout notre besoin de repos, je n’avais pas réservé en avance.

J’ai donc pris les billets juste avant de prendre le taxi. Mais en fait j’aurais pu les prendre en arrivant, ils ne sont vraiment pas full…

Par contre, j’avais réservé pour vol + nuggets. Déception à l’arrivée, ils n’ont pas de nuggets, que des pizzas. Bon ben on échange alors (c’est le même prix).

L’expérience est sympa à faire. Surtout en début de séjour, ça permet de voir d’un peu en haut. Mais en ne rêvez pas, c’est pas à 40m que vous passerez au dessus des gratte ciels du coin, vous ne voyez pas toute la ville. Malgré tout la vue est belle.

Côté repas, c’est vraiment basique. Mais c’est marrant de manger les pieds dans le vide et la tête en l’air! Marrant mais pas obligatoire non plus.

À faire donc si vous avez le temps et êtes dans le secteur.

Tepfactor

C’est une activité qui sort un peu du lot que nous avons fait ensuite. Je l’ai découverte sur le site d’un des CityPass de Dubaï, l’Iventure (je vous explique dans le bilan en bas de l’article pourquoi je n’ai pas pris de CityPass au final).

Tepfactor c’est une sorte de Fort Boyard, à la sauce Dubaïote. Il y a plein de petites salles, avec des défis à relever. Parfois c’est physique, parfois il faut de la réflexion…

On est arrivés bien avant notre heure de rdv: je voulais savoir si on pouvait faire l’activité en claquettes… J’ai complètement oublié qu’ils demandaient des baskets!!

Heureusement, vu que nos claquettes sont tenues au pied, ça lui va. Finalement nous commençons de suite, il y a de la place.

Le principe est vraiment chouette, par contre c’est physique, surtout à 2. Certaines salles sont vraiment difficiles à 2, je conseille quand même d’être au moins 3. On a été frustrés de ne pas arriver à relever pas mal de défis.

On a mis du temps aussi à comprendre: vous pouvez essayer chaque défi autant de fois que vous voulez!

Ce qui est pas mal, c’est qu’on paie en fonction du temps où on est restés. Et on n’est pas obligés de faire toutes les salles, on peut partir quand on le souhaite.

On est restés une heure trente environ, et on était rincés. Surtout moi, mais Raphaël a fait le tour aussi! Comme dit, certaines salles étaient vraiment difficiles à 2.

Par contre, demandez à prendre les photos avec votre téléphone, la qualité de leur appareil est vraiment pas terrible, comme vous pouvez le voir!!

Plage de Jumeirah

Au final, on sort vers 14:00 de Tepfactor. On a donc encore largement de quoi profiter du coin!

On décide donc de faire une après midi peinard à la plage. Pour cela, on regarde pour louer un parasol, histoire d’éviter de griller dès le premier jour (peu d’ombre sur la plage sinon).

Sur la plage, c’est facile de louer. Le problème, c’est qu’ils ne louent pas que le parasol, c’est forcément avec transat et serviette. 225 AED pour 2 transats… Plus de 55€!! Outch… Mais bon, comme on veut rester la quasi toute l’après-midi, pas trop le choix…

On prend notre temps, profite du soleil. L’eau étant un peu fraîche, on n’a que fait trempette. Raphaël a construit son éternel château de sable. Vers 16:00 je me mets même au soleil, il tape bien moins fort. Ca fait du bien de retrouver le soleil après la grisaille française!

Retour au bercail

Mission trouver un taxi

Pour rentrer, nous devons à nouveau prendre un taxi. C’est le bazar, vers 17:00 tout le monde rentre, il y a du monde partout et surtout les voitures sont coincées dans les bouchons.
On a énormément de mal à trouver un taxi. Les quelques uns qui arrivent jusqu’à nous sont vite pris par d’autres qui attendent également. Il n’y a pas vraiment de zone spéciale où faire la queue…

Je lance mon appli Careem, en me disant qu’ainsi il viendra à nous. Mais l’appli a beau tournée, aucun taxi n’accepte le trajet! Je ne sais pas encore dire si c’est parce que l’appli marche pas avec moi, ou si c’était à cause du trafic.

On finit par prendre finalement un « faux » taxi (dans le sens où ce n’est pas un officiel). Il me fera payer bien plus cher que ce que Careem prévoyait, mais tant pis. Faut bien qu’on rentre!!
C’est là que je vois qu’avoir un hôtel éloigné du métro, ce n’est pas idéal. Oui on trouve des solutions, mais à mon avis avec le métro ce serait plus facile et moins cher…

Récupération de notre appartement

Enfin arrivés à l’hôtel, nous nous rendons à l’accueil: on nous a promis notre appartement à la place de la chambre qui nous avait été donné.

Et là, la réceptionniste me dit « demain matin ». Elle voit de suite à ma tête que non, ça va pas le faire. J’ai réservé un appartement moi, pas une chambre! Rapidement elle passe un coup de fil et fini par me donner les accès. Tout ça pour juste éviter de passer un coup de fil??

On fait les allers retour entre l’ancienne chambre et le nouvel appartement pour ramener les bagages. Au passage, on a eu un mal fou à trouver l’accès aux ascenseurs pour cette partie du bâtiment! On peut pas dire que l’accompagnement soit au top…

Après une bonne douche, on ressort pour aller faire des courses dans un supermarché à 2min de l’hôtel, histoire de se faire à manger le matin et le soir.

Demain, c’est Dubaï Mall et Burj Khalifa qui sont au programme. Alors, restez connectés!

Budget pour cette première journée à Dubaï

Logement:
7 nuits en appartement au Ghaya Grande Hôtel: 828€

Repas:
Subway à l’aéroport d’Istanbul: 23€ pour 2
Thé au Starbuck de l’aéroport d’Istanbul: 7,5€
Courses pour les petits déjeuners et soirs: 206 AED / 52,5€

Transport:
Taxi aéroport Dubaï – hôtel: 115 AED / 29,5€
Taxi hôtel – plage de Jumeirah: 32 AED / 8,2€
Taxi (non officiel) plage de Jumeirah – hôtel: 100 AED / 25,5€

Activités:
Flying Cup Combo Pizzas: 260 AED / 66€ pour 2
Location de parasol et transats à la plage: 225 AED / 57€ pour 2
Tepfactor (1:30): 208 AED / 53€

4 commentaires

  1. A nouveau, c’est un magnifique reportage !
    Avec tout ce que vous faites, se prendre le temps de rédiger un CR de cette qualité, moi je dis « chapeau bas »
    Et si finalement, une fois les impondérables gérés, tout se passe bien , ben c’est tant mieux !
    Profitez bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 ⁄ 6 =


%d