Kanchanaburi: cascades Erawan et rivière Kwai

Après notre visite de Bangkok, nous nous sommes dirigés vers le Kanchanaburi. Cette province à l’Ouest de la Thaïlande est le repère des sanctuaires d’éléphants, mais ça je vous en parlerai dans l’article suivant!
Pour le moment, nous avons visité les alentours: les cascades Erawan et la rivière Kwai. Suivez le guide!

Jour 1: route vers Kanchanaburi et balade en ville

La route entre Bangkok et Kanchanaburi

A Bangkok, nous avions proposé à un de nos Grab de nous emmener à Kanchanaburi 2 jours plus tard. J’imagine qu’il n’y a déjà pas beaucoup de boulot en ces temps de Covid, mais en plus une longue course, ça doit pas arriver tous les jours. Alors il a accepté de suite, pour un prix tout à fait correct (2000 bahts, soit 53€ pour 130km et 1h45 de route).

Nous aurions pu avoir moins cher en négociant ou en prenant un van, mais ça ne vaut pas le confort d’un taxi climatisé qui vient vous chercher à l’hôtel et vous dépose au prochain… Surtout qu’en ce moment, on a du mal à savoir ce qui existe encore en moyen de transport: par exemple, il y avait un train entre Bangkok et Kanchanaburi, mais il n’existe plus sur le site de la compagnie ferroviaire Thaï. Et les vans… Partent ils même s’ils ne sont pas pleins? Risquons nous d’avoir le mal des transports (et oui, toujours traumatisée par notre expérience à Chachapoyas au Pérou…)? D’où notre choix du taxi.

Arrivée à notre hôtel à Kanchanaburi

Nous arrivons donc en sécurité et en pleine possession de nos moyens à Kanchanaburi. Notre taxi recherche notre hôtel, le Baanchaokoh Homestay. Heureusement que nous avons une carte sim locale, car c’est finalement grâce aux photos Google que nous le trouvons: il est coincé entre 2 commerces dans une petite rue. Ici aussi, nous sommes heureux d’avoir pris un taxi: je n’ose pas imaginer la galère à arpenter la rue en long et en large avec les sacs!

Nous sonnons à la porte, une petite mamie se présente… Je comprends de suite qu’il y a un soucis à sa réaction: « vous avez une réservation??? » nous dit elle toute étonnée.
Et oui, tellement peu de touristes en ce moment que les propriétaires n’avaient pas vu notre réservation! Mais en quelques minutes c’est réglé: le couple nettoie la chambre, les sanitaires et nous sommes accueillis comme à la maison.

Nous voilà donc les seuls clients (depuis longtemps) dans cette petite guesthouse sans prétention, mais avec des hôtes charmants.

Balade dans la ville

Le soir, nous allons nous balader dans les alentours. Stéphane a vu qu’il y a un marché flottant pas loin le vendredi soir.
Malheureusement (Covid ou autre raison), pas l’ombre d’un stand. Mais malgré cela on profite de la balade en passant à côté de jolis bâtiments et temples.

Sur le chemin du retour, on se prend une belle averse, comme la Thaïlande peut en offrir. On commence par se réfugier sous un toit, mais assez vite on opte pour aller dans un restaurant boire un coup et grignoter un peu quelque chose. Sauf qu’on finit par manger comme des rois, devant une sorte de fondue chinoise revisitée à la Thaïlandaise! Au top pour finir la soirée!

Jour 2: chutes d’Erawan

Aujourd’hui, nous avons prévu de visiter les cascades les plus connues du coin: celles du parc national d’Erawan. Sur le conseil de nos hôtes, nous allons sur la route principale pour essayer de récupérer le bus qui y va.

Se rendre au chutes d’Erawan depuis Kanchanaburi

Mais déjà peu emballés de faire 1h30 de route dans un bus en pleine chaleur et ne le voyant pas arriver, nous décidons d’appeler un Grab. Encore une fois, 17€ pour ce confort, c’est pas cher payé.

On se dit qu’on prendra le bus au retour. Mais une fois arrivés en haut, on se rend compte qu’il n’y a pas vraiment d’arrêt de bus à l’entrée, et on doute sérieusement que les bus vers Erawan soient encore d’actualité. On se cale donc avec notre Grab: il reviendra nous chercher 3h plus tard. Il nous fera même payer moins cher que l’aller vu qu’on ne passe pas par l’application… Vraiment honnêtes les thaïlandais pour le moment!!

La randonnée des cascades d’Erawan

A l’entrée, un grand panneau nous annonce la couleur: baignades autorisées que dans les cascades 1 et 2 (il y en a 7 en tout), avec gilet de sauvetage et enregistrement obligatoire. Normalement, il y a même des créneaux de 20min de prévus, mais on n’en a pas vu la couleur.

Nous commençons par aller à la cascade la plus éloignée, mais assez vite nous devons manger les casse croûtes que nous avions prévus: il est interdit de monter de la nourriture au delà de la cascade n°2. Heureusement il est 11h30!

Une fois le repas avalé, nous montons. Le chemin est plutôt simple, bien qu’étrange par endroits: ils sont en train de complètement refaire certains ponts, ce qui donne des lieux pleins de sacs de matériaux ou des ponts pas très rassurants… Mais globalement ça se fait facilement.

A la 6e cascade, nous tombons sur une randonneuse thaï qui nous déconseille d’aller à la 7e: elle s’est fait piquer plusieurs fois par des insectes, et leur piqûre est douloureuse. M’étant fait piquée par une de ses bestioles quelques minutes avant, je peux confirmer que c’est douloureux. Ca ne dure pas longtemps, mais ce n’est vraiment pas agréable. Alors ce conseil, en plus d’une chaleur et humidité incroyable, nous poussera à ne pas aller jusqu’au bout.

Demi-tour donc à la 6e, pour aller enfin nous baigner dans la seconde cascade. Ca fait du bien, bien que Raphaël soit toujours aussi terrorisé face à des poissons dans une eau dont il ne voit pas le fond. Avant le voyage, on ne connaissait pas cette peur, mais là elle est claire… Il va finalement prendre son courage à deux mains, mais uniquement parce qu’il a vraiment très chaud. Il n’appréciera donc pas la baignade plus que ça.

De mon côté, j’apprécie, mais il y a dedans des petits poissons mangeurs de peaux mortes. Ils sont bien plus grands que ceux que Raphaël a testés en Floride, du coup je ne trouve pas ça agréable. Ca ne mord pas, ça ne chatouille pas non plus… C’est bizarre et surprenant.
Certains thaï se laissent manger à tout va, moi ça ne me tente pas…

En ressortant, nous nous posons pour boire un café/coca/thé aux chrysanthèmes. Oui oui, thé aux chrystanthèmes! C’est très bon! Et j’en profite pour donner ma dose de gratouille à un pépère tout sympa. Ca a bien faire rire les serveuses d’ailleurs de me voir gratouiller leur chien!

Voilà une journée bien sympathique, ou la petite baignade fut bien agréable pour se rafraîchir de la chaleur ambiante.

Pour finir en beauté, nous nous rendons au marché de nuit (Night Market) de Kanchanaburi, qui se tient tous les samedis soirs pas loin de la gare centrale. C’est notre premier Night Market de Thaïlande, et nous nous régalons de brochettes de viande, de produits vapeur, mais également d’insectes grillés!

Jour 3: la rivière Kwaï

Pour cette journée, nous prenons la direction de la rivière Kwai. Lieu emblématique du film « sur le pont de la rivière Kwaï », c’est surtout un lieu chargé d’histoire.

L’Histoire de la voie ferrée

Durant la 2e guerre mondiale, les japonais s’étaient mis dans la tête de « libérer » toute l’Asie des occupants européens en place. Afin de faciliter leurs déplacements, ils ont décidé de construire une ligne de chemin de fer du côté de Kanchanaburi.

Mais plutôt que de faire travailler des japonais ou des thaïs dans des conditions correctes, ils ont mis au boulot des prisonniers de guerre, mal nourris et dans des conditions absolument déplorables. Résultat, 90 000 personnes sont mortes durant la construction des 415km de ce qu’on appelle à présent le « chemin de fer de la mort ». Malaria, malnutrition… Tout est bon pour faire mourir ces forçats. Joyeux hein?

Le musée de la guerre

Après être allés voir le pont, on s’est dirigé vers le musée. Sincèrement, il est vraiment très mal fait.

Tout est fouillis, aucune logique dans ce qui est présenté, peu d’explications… Parfois ça date de la 2e guerre, parfois de bien avant, parfois de bien après. Il y a du potentiel, mais c’est gâché par de l’a peu près. Dommage.

Balade en bateau sur la rivière Kwai

Après un excellent repas (et une mise au frais en même temps, la température est vraiment haute…), nous finissons par le traverser ce fameux pont.

En effet, il est possible de marcher sur la voie ferrée, ils ont aménagé des zones où se mettre si jamais le train venait à passer.

De l’autre côté de la rive, ils ont installé un soi disant camp de prisonnier qui ressemble plus à un marché pour touristes. Mais de toute manière quasi tous les stands sont vides.

Par contre, il y a encore quelques long boat qui proposent une petite balade sur la rivière Kwai. On se laisse tenter, et sans regrets: c’est plutôt sympathique.

Le soir nous finissons par manger d’excellents sushis!

Prochaine étape: le sanctuaire pour éléphants Baan Mama. Je ne sais absolument pas combien de temps nous allons y rester. Très certainement minimum une semaine. Sûrement 2 semaines… Peut être plus?

Les conditions de circulation entre les provinces sont difficiles en ce moment en Thaïlande. Du coup, si nous nous sentons bien là bas, peut être que nous transformerons notre séjour en volontariat ! Ce serait une très belle expérience également. À bientôt!!

Budget pour 3 jours au Kanchanaburi

Logement

3 nuits au Baanchaokoh Homestay: 70€

Repas

Dans un marché, ça ne coûte quasiment rien: 200 bahts – 5€ pour 3
Dans un restaurant, comptez entre 8 et 15€ pour 3.
Pour le sushi le dernier soir, nous nous sommes fait « plaisir »: 1320 bahts – 35€ pour nous 3. Vu ce qu’on a mangé, c’est tout de même très correct
Courses pour des casse croûtes: 99 bahts – 3€

Activités

Entrées pour les cascades d’Erawan: 300 bahts/adulte + 200 bahts/enfant – 21€ pour nous 3
Musée du pont de la rivière Kwaï: 50 bahts/p – 4€ pour 3
Tour de 30min en bateau sur la rivière Kwaï: 500 bahts – 13€

Transports

Grab Bangkok – Kanchanaburi: 2000 bahts – 53€
Grab vers les cascades d’Erawan: 650 bahts – 17€. Nous avons payé 500 bahts le retour (moins cher car nous sommes passés en direct avec le chauffeur, sans l’application).
Grab vers le pont de la rivière Kwai: 70 bahts – 2€

Autre

Lave linge: 40 bahts – 1€

2 commentaires

  1. Bon voyage.
    Il fallait mieux quitter Bangkok assez rapidement si j’ai bien compris…refermeture?
    Pour du volontariat dans un parc d’éléphants, j’ai vu que c’était possible au ganesha park, nous avons prévu d’y aller quand ce sera notre tour de partir 😉

    1. Refermeture pas pour le moment. Mais il vaut mieux quitter les zones rouges en ce moment, et Bangkok en fait partit. C’est plus simple pour circuler après.

      Pour le volontariat, on est arrivés au Baan Mama aujourd’hui. Aucun regret, c’est un petit parc, à dimension humaine, avec une amoureuse de ses éléphants.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :