Chachapoyas: 6 nuits aux portes de l’Amazonie péruvienne

Après Cusco, nous avons filé vers le Nord du Pérou, direction Chachapoyas. Après un avion et 23h de bus, nous voici aux portes de l’Amazonie péruvienne. 

Jour 1: Arrivée au Mamaq Tambo Lodge

Pour les premiers jours dans la région de Chachapoyas, nous avons décidé de prendre un logement dans au Nord de la région, et quel logement! Le Mamaq Tambo Lodge est un hôtel plutôt luxueux… Des chambres spacieuses, magnifiques, avec une mezzanine et une salle de bain toute aussi luxueuse. Elles sont dans des sortes de bungalows, au calme. On s’est fait plaisir sur ce coup là!

L’hôtel est tenu par Carmen et son mari. Carmen parle français, ce qui encore une fois est bien pratique. La communauté française au Pérou est vaste!

Depuis les bungalows, on peut voir les cascades environnantes, dont la plus connue, la Catarata Gocta. Un magnifique panorama. 

Jour 2: la Catarata Gocta

Dès le lendemain de notre arrivée, on attaque direct par le centre d’intérêt de la région: la Catarata Gocta. Cette cascade a une hauteur totale de 771m, ce qui la place 5e plus haute cascade du monde. 

Grâce à notre logement qui se trouve dans le village au pied de la cascade (Cocachimba), nous pouvons y aller à pied directement depuis l’hôtel. Pas besoin de prendre un bus ou un tour, pratique!

La randonnée fait entre 5 et 6h, nous prenons donc de quoi manger un pique nique à midi et de l’eau. Beaucoup d’eau!! Hors de question de se retrouver de nouveau à court d’eau comme au Quilotoa!!

La randonnée commence sous un beau soleil. Nous avons même trop chaud par endroit, mais rapidement nous marchons sous les arbres ce qui est bien agréable. 

La faune et la flore environnante nous émerveille: perroquets, toucan, cascades, forêt luxuriante… C’est l’Amazonie, c’est sûr!

Juste avant d’arriver au premier refuge, la pluie commence à tomber. Et pas qu’un peu!! Nous profitons donc de l’abri pour manger notre repas, en attendant que la pluie se calme. Mais elle ne se calme pas vraiment…

Alors nous nous équipons contre la pluie avec vestes et protège-sacs. Et en avant! Il fait bon, la pluie n’est donc pas plus gênante que ça: elle nous rafraîchit. On finit vite trempés au niveau des pantalons! Nous sommes contents de notre équipement: les vestes sont efficaces, les chaussures étanches, les casquettes protègent notre visage en plus des capuches… Merci Décathlon!

Après des montées et descentes, des passages de ponts et de ruisseaux, nous arrivons enfin à la cascade. Magnifique. La pluie s’est calmée entre temps, il pleut juste encore un peu. Nous nous rapprochons donc de cette grande dame, et profitons de la douche qu’elle nous offre à son pied! Raphaël s’éclate à ressentir la puissance de cette eau, le surnom de Crapaud lui va vraiment bien à ce moment là!!

Au retour, le soleil repointe le bout de son nez. Nous faisons donc le chemin inverse au sec. Mais le décor a changé: ce qui était à l’aller une petite cascade devient un torrent! La puissance d’une bonne pluie Amazonienne!!

Nous rentrons au logement, bien calmés par cette marche d’un peu plus de 5h, mais heureux d’avoir pu observer la force des éléments. Une randonnée à ne pas manquer!

Jour 3: Rafting et Canon de Huancas (Del Sonche)

Sortie Rafting

Nous commençons cette journée par une activité qui nous a été proposé par Carmen. En effet, elle connaît le propriétaire de Maranon Expérience, une agence de rafting. Il organise différentes sorties: de la semaine complète à la sortie tranquille. Et justement demain il compte sortir pour un rafting tranquille sur la rivière juste en dessous, la Utcubamba. 

Après quelques vérifications sur la difficulté pour un enfant de 11 ans et demi, nous avons validé la sortie. Quelle bonne idée!!

Nous avons passé une superbe demi journée avec l’équipe. Toute les explications ont été données, niveau sécurité ils ont été au top. Sur l’eau, c’était souvent tranquille, avec parfois quelques remous pour que ça soit marrant! Mais vraiment rien de difficile. 

Nous avons pu profiter du paysage, qui varie entre cactus et forêt humide…

A l’arrière, le responsable (dont je ne connais plus le nom), avait deux rames pour diriger le raft. Pas de stress donc si on n’est pas parfaitement synchro, il peut gérer seul. Nous on servait surtout à donner plus de puissance quand c’était nécessaire. 

Au milieu de la sortie, nous avons à un endroit laissé le raft pour aller rejoindre une cascade à pied. Mais pour cela, il a fallu grimper, sauter dans l’eau, passer des courants… Le responsable et son accompagnatrice (qui nous suivait depuis le début en kayak pour la sécurité en cas de besoin) nous ont aidé à passer les endroits délicats. Comme il a beaucoup plu la nuit dernière, le courant était fort à certains endroits! Une super idée, on a bien rigolé par moment. Du coup on s’est dit que Raphaël était prêt pour faire du canyoning, comme celui qu’on avait fait dans le Jura avec Steph!

J’ai vraiment trouvé le tour hyper adapté à des débutants et/ou des enfants. Peut être plus que quand j’en ai fait en Slovénie avec mon amie. C’était moins sportif, plus tranquille. 

Le Canon de Huancas (ou Canon del Sonche)

L’après midi, nous avons pris un taxi pour nous emmener au canon de Huancas.
Au Nord de Chachapoyas, se trouve en effet un beau canon. Depuis Cocachimba, il y a 48km et une route avec beaucoup de lacets… 

Nous arrivons sur le site, et nous dirigeons vers le mirador. Nous sommes époustouflés par la hauteur et la beauté du paysage. Qui aurait cru qu’à quelques km de l’Amazonie se trouve un si grand canon, avec une végétation désertique? 

Nous profitons un peu du lieu, faisons voler le drone, et retour à l’hôtel. On aurait pu aller voir un 2e mirador, ou se balader le long des sentiers qui longent le canon, mais la sortie du matin nous a bien fatigué finalement! En plus le ciel devient sacrément menaçant. 

Nous rentrons d’ailleurs sous la pluie, qui cause des éboulements sur la route. Heureusement pas de mal, nous arrivons à rentrer malgré les gros cailloux qui sont tombés et coupent une partie de la route!

Jour 4: Arrivée à l’Ekokuelap Lodge

Pour la seconde partie de notre séjour dans la région de Chachapoyas, nous avons pris un logement cette fois au sud de la région: l’Ekokuelap Lodge à Nuevo Tingo. 

Cet hôtel est tenu par Maud et son mari Carlin, accompagnés de leurs 3 enfants. Tout ce petit monde est parfaitement bilingue Français/espagnol, y compris la petite de 4 ans! Raphaël va beaucoup jouer avec leur garçon de 10 ans.

Le bungalow se situe dans une sorte de grosse hutte ronde. Tout est fait en matières 100% naturelles. J’ai été souvent en contact avec Maud avant d’arriver, elle a été à notre service pour que tout se déroule parfaitement et pour nous aider à organiser notre séjour à Chachapoyas.
Quand à son mari, nous l’avions croisé chez Claire et Juan à Cusco, et m’avait déjà donné plein d’idées sympas de sorties dans son secteur.

Le soir, nous accompagnons Carlin qui va déposer des affaires dans son atelier de musique. En plus de l’hôtel Carlin a fait une formation de chamanisme, a un groupe de musique, et joue de la musique avec les enfants du village… Un homme plein de talent. 

Il nous emmène à un mirador pour observer la ville. Nous traversons donc cette petite bourgade, calme et tellement agréable… Rien à voir avec Chachapoyas, que j’ai surnommé la « ville poussière »… De la poussière partout, tout le temps. Alors qu’ici, tout est aménagé, joli, les enfants jouent dans les rues, de la musique sort des maisons… Il fait bon vivre à Nuevo Tingo.

Jour 5: la grotte de Quiocta et les sarcophages de Karajia

Nous avions organisé cette journée avec Maud quelques jours avant. Entre le fait que les routes ne sont plus trop entretenues en ce moment (merci le Covid) et la pluie, la route pour y accéder est très mauvaise. 

Nous avons donc dû réserver un 4×4 (aïe le budget). Mais heureusement que nous l’avons fait… Au final, nous avons passé la journée (de 8h30 à 19h) à rouler sur des chemins en terre, plein de trous, et à éviter les travaux qui poussent partout comme des champignons!

La grotte de Quiocta

Avant d’arriver à la grotte, nous passons dans un restaurant de la ville la plus proche, pour réserver notre repas de midi. Au même endroit, nous récupérons des bottes et des lumières pour nous éclairer dans la grotte.

Nous reprenons la route et arrivons enfin à la grotte. Nous avons un guide local, Carlin nous fait la traduction et complète avec ses connaissances. Une belle visite au milieu des stalactites et stalagmites. A un endroit, nous observons un plafond avec de la pierrite. Cette pierre est appellée « l’or des fous », car elle brille comme l’or. Le plafond ressemble à une nuit étoilée, c’est très beau!

Il y a quelques endroits où il faut se méfier: c’est très boueux partout, et les bottes ont tendance à rester collées au sol!!

Carlin va sortir sa flûte pour faire un peu de musique… L’acoustique est particulière dans cette grotte, c’est enchanteur…

A la fin, nous ressortons un peu boueux, mais heureux! Nous continuons notre journée en allant au restaurant pour manger un bon repas typique.

Les sarcophages de Karajia

Pour continuer, nous reprenons la route. Nous nous arrêtons pour nous enregistrer à l’office du tourisme.

Le chemin pour accéder aux sarcophages descend à travers les champs. On se croirait dans la campagne française! Nous descendons ainsi pendant une vingtaine de minutes, pour rejoindre l’entrée du site. Il était très étonnant de trouver cette falaise juste à côté de champs à perte de vue…

Une fois sur place, la porte est fermée… Ni une ni deux, nous escaladons le mur pour passer à côté! Carlin nous emmène à deux points de vue pour observer au mieux les sarcophages.

En fait ce sont des sarcophages créé par le peuple Chachapoyas. Ils mettaient leurs rois morts dedans, une fois momifiés en position foetale (on part d’un monde de la même manière dont on est arrivé…). La momie se trouve dans le corps du sarcophage. Dans la tête, il y a des bijoux et autres objets pour accompagner le mort dans sa prochaine vie.
Posé sur la tête du sarcophage, se trouve le crâne de son esclave. Souvent, c’était un guerrier qui a perdu face à lui, qu’il a récupéré pour en faire son esclave. Sympa hein?

On regrettera de ne pas avoir pris le drone pour pouvoir les regarder de plus près, mais l’appareil photo reflex de Stéphane a fait son office!

Nous rentrons de cette journée bien fournie bien fatigués. La route a été longue et éreintante, mais les visites sont belles et valent le coup.

Jour 6: on se pose!

Au départ, nous avions prévu une visite avec Carlin à côté du village, avec une balade au milieu des arbres fruitiers. Malheureusement, un contre temps personnel de son côté et la pluie vont nous empêcher de vraiment sortir.

Raphaël va donc jouer avec les enfants de Maud et Carlin, et nous penser et préparer la suite du voyage. Arequipa, le Canon de Colca, Nazca, Ica… Tout un programme!

De plus, des rumeurs d’augmentation des cas de Covid en Bolivie, ainsi qu’une potentielle ouverture de l’Argentine nous fait réfléchir sérieusement à la suite. Nous allons en Bolivie c’est sûr (nous avons déjà réservé notre avion), mais ensuite? Ce sera la surprise!!

Et le soir, Maud nous fait sa spécialité: la raclette!! J’en rêvais depuis des jours!!

Le lendemain, nous reprenons la route pour aller de Nuevo Tingo à Chachapoyas en taxi, puis de Chachapoyas à Jaen en combi (au secours nos estomacs…), et enfin de Jaen à Lima en avion.

Nous prenons la direction du Sud du Pérou: à nous Arequipa et le canon de Colca!!

Restez connectés!

Informations pratique:

Visites: il y a beaucoup de choses que nous n’avons pas fait à Chachapoyas. La forteresse de Kuelap, les mausolées de Revash… Carlin a également encore plein de cartes à jouer: balades, réserve… Il connaît bien le secteur et sait où aller pour profiter des coins pas connus. Nous aurions pu encore rester plusieurs jours sans nous ennuyer, mais notre avion de retour était déjà réservé!

Caverne de Quiocta et les sarcophages de Karajia: il vous faut passer par une agence, la route est vraiment particulière. Que ce soit en saison des pluies ou en saison sèche, ça me paraît compliqué d’y aller seuls.
Renseignez vous sur l’état de la route si vous allez en saison des pluies.

Logements:
Mamaq Tambo Lodge: nous le conseillons pour sa proximité avec la cascade Gocta et son calme. Bien sûr il est bien plus onéreux que les hôtels où nous avons été, mais au bout de 3 mois de voyage nous le valons bien!
Ekokuelap Lodge: nous le conseillons pour tout le reste! L’emplacement est super pour Kuelap, Quiocta et les sarcophages, Revash… Maud et Carlin sont hyper accueillants et vous aideront dans votre séjour. Quand à la ville de Nuevo Tingo, elle est vraiment plaisante.

Budget pour 6 jours dans la région de Chachapoyas

Transports

Lima – Chachapoyas

Bus Lima – Chachapoyas par Movil Bus: 120 soles/p

Tuktuk Pedro Ruiz – Cocachimba (Mamaq tambo Lodge): 30 soles

Sur place

Voiture privée pour se rendre au Canon de Huancas: 200 soles/journée

Taxi entre Cocachimba (Mamaq Tambo) et Nuevo Tingo (Ekokuelap): 180 soles

Retour Chachapoyas – Lima

Combi entre Nuevo Tingo (Ekokuelap) et Chachapoyas: 14 soles/p

Bus (type Combi) Chachapoyas – Jaen: 70 soles/p

Avion Jaen – Lima (Latam): 320€ pour 3

Activités

Accès à la Catarata Gocta: 20 soles/adultes + 10 soles/enfant

Sortie Rafting: 140 soles/p

Accès au Canon de Huancas: 4 soles/adultes

Sortie 4*4 avec guide (sarcophages et grotte de Quiocta): 860 soles/journée

Logements

Mamaq Tambo Lodge: 310 soles/nuit avec petit déjeuner (prix négocié)

Ekokuelap: 500 soles les 3 nuits avec petit déjeuner (prix négocié)

Repas

Repas au Mamaq Tambo Lodge (soirs): 50 soles/p/repas

Raclette à l’Ecokuelap: 45 soles/p

Compter entre 10 et 15 soles/p en restaurant

Blanchisserie

Au Mamaq Tambo Lodge: 20 soles

A l’EcoKuelap: 10 soles

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :