Tour du monde: clap de fin?

8 mois… 8 mois que nous sommes partis de France pour découvrir le monde. Mais est ce vraiment le clap de fin de ce voyage? Rien n’est moins sûr. Petit tour d’horizon de nos états d’âmes, et regard en arrière sur ce que nous avons vécu durant notre tour du monde.

L’itinéraire de notre tour du monde

Le théorique

Au départ, nous avions prévu beaucoup de pays. Avec le recul, je me dis sûrement trop. Vous retrouverez l’itinéraire initial ICI, mais voici rapidement ce que nous avions prévu:

Amérique du Sud:
Equateur, Pérou, Bolivie, Argentine, Chili (et Îles de Pâques)
Océanie:
Polynésie, Nouvelle Zélande, Australie
Asie:
Indonésie, Singapour, Thaïlande, Népal, Cambodge, Laos, Vietnam, Philippines.

Ce qui fait tout de même 16 pays pour 11 mois. Bien sûr certains pays étaient prévus plus longs que d’autres: 15 jours en Bolivie contre 1 mois et demi en Argentine par exemple.
Mais quand même, je me rends compte que c’était beaucoup, avec ou sans Covid… Nous aurions sûrement été amenés à changer nos plans.

Le réel

En premier lieu, notre itinéraire à changé à cause du Covid. Tous ceux qui préparent un tour du monde ou un voyage au long court en ce moment connaissent la situation: pays qui s’ouvrent puis se referment, conditions parfois difficiles pour accéder au pays, et même parfois au sein même du pays!

La situation est très instable, et nous a poussé à nous adapter, et à adapter notre itinéraire en conséquence. Voici donc au final les pays/régions visités:

Océanie:
Polynésie: 25 jours au lieu de 20

Amérique du Sud:
Equateur: 40 jours au lieu de 26
Pérou: 23 jours au lieu de 30

Etats Unis:
Floride: 21 jours (non prévu)
Houston: 6 jours (non prévu)
Ouest Américain: 34 jours (non prévu)

Amérique Centrale:
Costa Rica: 29 jours (non prévu)

Asie:
Thaïlande: 45 jours au lieu de 24

Il y a donc pas mal de pays que nous n’avons pas pu visiter: Bolivie, Argentine, Chili, Nouvelle Zélande, Australie et quasiment toute l’Asie. Et même la Thaïlande n’a été que survolée, car nous n’avons quasiment fait que le séjour chez les éléphants dans le Kanchanaburi.

Mais nous en avons vu d’autres: les Etats Unis, le Costa Rica. Ils n’étaient pas prévus au programme, et n’avons vraiment aucun regret d’y être allés!

Regrets et avantages du Covid concernant l’itinaire

Sans le Covid, notre tour du monde aurait de toute évidence été différent. Nous avons bien sûr des regrets sur quelques pays que nous n’avons pas pu visiter. Mais le Covid nous a aussi apporté de bonnes suprises!

Concernant l’Amérique du Sud

Pour l’Equateur, nous serions certainement restés aussi longtemps que ce que nous avons fait dans le réel. Nous avons apprécié ce pays et les 2 semaines en plus auraient certainement été faites mêmes sans Covid.

Pour le Pérou, nous serions restés plus longtemps. On regrette de ne pas avoir fait le Sud du pays. C’est une menace de fermeture durant les fêtes de fin d’année qui nous a poussé à partir plus vite que prévu.

Concernant les pays non visités (Bolivie, Argentine, Chili), nous aurions certainement raccourci à certains endroits. Nous n’étions pas à l’aise avec l’espagnol et je pense qu’au final cela nous aurait vraiment usé. C’était déjà le cas rien qu’avec l’Equateur et le Pérou… Mais nous serions sûrement tout de même passés par chacun de ces pays: il y a des choses qu’on regrette de ne pas avoir vu (le salar d’Uyuni en Bolivie, les chutes d’Iguazu et Ushuaïa en Argentine, l’île de Pâques au Chili).

Concernant l’Océanie

La Polynésie aurait eu un goût de trop peu. On a vraiment apprécié les 5 jours que nous avons rajouté. Nous n’aurions pas pu le faire sans le Covid: le programme était déjà fait avec une agence de voyage. Donc on final, le Covid nous a poussé à rester plus longtemps que prévu en Polynésie, et ça, c’est un vrai plus.

La Nouvelle Zélande et l’Australie sont nos 2 gros regrets. Les visiter depuis la France est difficile, à cause de l’éloignement. Là, nous étions si proches… Et ce sont vraiment 2 pays que nous souhaitons voir un jour!
Sans le Covid, nous y serions donc allés à coup sûr. Ce sera pour une prochaine fois!

Concernant l’Asie

Il y avait beaucoup de pays prévus en Asie (Indonésie, Singapour, Thaïlande, Népal, Cambodge, Laos, Vietnam, Philippines). Le coup de la vie était faible, c’est une zone idéale à visiter en tour du monde!

Finalement, nous n’avons que survolé la Thaïlande.

Je ne sais pas trop ce qu’aurait été notre itinéraire en Asie sans le Covid. L’Indonésie nous aurait attiré à coup sûr, avec les dragons de Komodo notamment.
Pareil pour le Népal (une grosse envie de Stéphane), Singapour, le Cambodge pour son histoire, le Vietnam pour la baie d’Ha Long, les Philippines pour ses paysages paradisiaques…

Mais aurons nous été fatigués de beaucoup bouger? Du tourisme de masse? C’est la grande question, et je pense que oui… Nous aurions sûrement été dans l’obligation de réduire notre itinéraire pour nous poser un peu plus!

C’est sûr, nous reviendrons en Asie durant nos prochaines vacances!

Concernant l’Amérique du Nord et Centrale

Et bien il y a de très grandes chances que nous n’y serions pas allés!

Le Costa Rica ne nous attirait pas plus que ça au départ. C’est vraiment le Covid qui nous a fait réfléchir à cette solution. Et quelle belle surprise!! Vraiment aucun regret.

Les Etats Unis n’était pas prévus non plus. Le Covid nous a permis de découvrir la Floride, les parcs Américains, et revoir certains de nos amis expatriés aux US! Un vrai plus également.

Avantages et Inconvénients du Covid

Mis à part l’itinéraire, faire un tour du monde en pleine pandémie a d’autres impacts.

Les inconvénients

  • Certaines activités/restaurants/boutiques sont fermées. Globalement niveau activités nous avons eu de la chance. A part quelques musées et parcs nationaux aux Etats Unis, nous avons pu globalement faire ce que nous voulions.
    Par contre, beaucoup de restaurants repérés sur Google ou TripAdvisor ont fermés. Quand aux boutiques, le plus flagrant était sur les marchés en Thaïlande… Beaucoup de rideaux tirés.
  • Devoir se tenir au courant constamment des ouvertures des pays et des conditions pour y accéder, ainsi que des activités possibles. A la longue, c’est usant moralement.
  • Faire des tests PCR à quasiment chaque pays. Non seulement c’est pas agréable, mais en plus ça prend du temps, ça coûte, et ce n’est pas toujours facile de savoir où les faire pour respecter le délai donné par le pays suivant (les fameux 72 ou 48h…).
  • Devoir prendre l’avion pour passer les frontières. La quasi totalité des frontières terrestres sont fermées, il est donc nécessaire de prendre l’avion. Par exemple, on a pris l’avion pour passer de l’Equateur au Pérou, alors qu’ils sont côte à côte! Ca prend parfois plus de temps, et le coût n’est vraiment pas le même qu’un billet de bus!
  • Le stress à chaque passage de frontière. A t on bien tous les papiers? Les règles ont elles changé entre temps?

Clairement, voyager en pleine pandémie n’est pas de tout repos. Un tour du monde n’est déjà pas des vacances à la base, mais voyager en temps de Covid demande de passer maître en organisation… Et c’est usant moralement.
On s’y était préparé, mais on n’avait pas conscience que ce serait autant le cas. C’est une des nombreuses raisons qui nous ont poussé à rentrer 3 mois plus tôt (mais il y a d’autres raisons, comme l’envie de se poser, de revoir notre famille et nos amis, et d’autres projets).

Les avantages

Mais il n’y a pas que des inconvénients! Les avantages sont tout aussi importants.

  • Les lieux touristiques sont vides. Nous avons visité le Machu Picchu avec pas plus de 30 personnes en même temps, les plages du Costa Rica étaient vides, tout comme celles de Polynésie…
  • Les réservations sont beaucoup plus faciles, que ce soit pour les hôtels, le van aux USA, les activités, les avions… Tout peut être fait en dernière minute sans problème.
  • Question facilités, il y a aussi le passage à l’immigration. Ca n’a jamais été aussi rapide!!
  • Les tarifs sont intéressants. Il y a beaucoup d’offres sympathiques, notamment sur Booking pour la réservation des hôtels ou pour certains avions. Nous avons par exemple loué de belles suites à petits prix à Bangkok.
  • Contrairement à ce que beaucoup pensent, les rencontres sont un avantage du Covid. En ce moment, les hôteliers, restaurateurs et guides n’ont plus beaucoup de travail. Notre arrivée chez eux en a enchanté plus d’un. Nous étions les premiers touristes depuis longtemps pour certains. On a senti un vrai bonheur de nous voir, un vrai plaisir de travailler à nouveau. On a eu l’impression de les aider à survivre encore un peu… Nous n’étions pas que des touristes lambdas.
  • Enfin, le Covid oblige à être souple. Ce qui aurait pu être un tour du monde bien réglé est devenu un tour du monde tout en souplesse… Ce qui nous a poussé à découvrir des pays qu’on aurait boudé (pour des questions de budget ou de méconnaissance du pays) comme les USA et le Costa Rica.
    Je ne saurais réellement dire ce qui aurait été mieux: découvrir plus de choses mais plus speed, ou voyager plus doucement mais en découvrir moins?

Notre état d’esprit à quelques heures avant le départ

A l’heure où j’écris cet article, nous sommes à quelques heures avant le décollage (6 pour être exact!!). Alors comment nous sentons nous? Heureux? Triste? Un peu des deux?

Globalement, nous sommes heureux de rentrer: voir notre famille, nos amis, notre maison… Nous avons des projets plein la tête de travaux dans notre maison, adopter un chaton…

Raphaël a eu quelques petits coups de mou. Il était triste de ne pas avoir pu voir tout ce qu’on souhaitait. Mais après quelques discussions, avec remise en mémoire de tout ce qu’on a vu ou fait, ça va mieux.
Il avait aussi le sentiment que le Covid est venu « entacher » notre tour du monde: restaurants fermés, boutiques fermées etc. Ici aussi, après des rappels de la chance que nous avons eu à certains endroits de faire des activités habituellement pleines de monde, mais également de la chance d’avoir passé le plus gros de cette pandémie en voyage, il a fini par relativiser.
Et dire que pendant plusieurs mois il avait envie de rentrer (nos chats lui manquaient beaucoup), il est finalement celui qui a le plus de mal à se dire que le voyage est fini!!

Faire vivre ce tour du monde dans notre quotidien

Mais d’ailleurs, ce voyage, est il vraiment fini? J’aime à penser que non.

Je sais qu’il nous a changé. On s’est posé des questions, sur nous, sur comment on fonctionne, sur ce que l’on souhaite vraiment. Le genre de chose que l’on fait uniquement quand on a le temps… Dans le quotidien du métro-boulot-dodo, ce n’est pas souvent le cas.

Se connaître mieux

On a appris à encore mieux se connaître l’un l’autre.

Je connais mieux les limites de Stéphane, sur ce qu’il peut accepter ou pas. Son besoin vital de nous savoir en sécurité, son aversion pour tout ce qui est vol et arnaques…
Son besoin de pouvoir communiquer facilement (et donc le poids que c’est pour lui quand on ne maîtrise pas bien la langue comme en Amérique du Sud).

Du côté de Raphaël, je le savais déjà, mais là ça été évident: il peut tout faire, du moment où il est avec nous. On le rassure, on est son pilier.
Il est capable de beaucoup marcher, mais il préfère nettement quand c’est un sentier technique: avec de l’escalade, des rochers…
Côté scolaire, il a besoin d’être rassuré. Il a très peu confiance en lui. Mais il a énormément progressé avec nous, ça lui a fait beaucoup de bien. On verra le résultat en Septembre, au retour au collège, mais j’espère qu’on lui a prouvé qu’il est capable de plein de choses.

D’ailleurs, niveau scolaire nous avons appris aussi. A dédramatiser surtout. Quand on a la tête dans le guidon, on a tendance à trop se focaliser sur les résultats. Etre comme tout le monde, dans la moyenne… Et on oublie de voir les points forts, on oublie de les valoriser. Au lieu de ça, on les met de côté en se disant « ça c’est bon, je m’en occupe pas, il sait faire ».
Et bien non, au contraire. Il faut valoriser les points forts. Emmener à travailler dessus, car c’est là dessus qu’il sera valorisé!

Il y a tellement d’autres choses. On a tous appris les uns envers les autres. J’espère que nous garderons tout ça en tête, y compris une fois de retour dans la vie active.

Les souvenirs, physiques et culinaires

Durant notre voyage, nous nous sommes envoyés des colis de souvenirs. Nous avons hâte de les redécouvrir à notre arrivée!
Il y a de tout: vêtements, porte clés, épices, peluches… Ils nous rappellerons les pays que nous avons visité.

Nous ramenons également des recettes, partagées par des locaux ou de plats goûtés dans les restaurants: les chicharon (plats d’Amérique du Sud), la boisson à l’Aloe Vera, ou celle au citron et miel, la pâte à tartiner chocolat/lait de coco, du pain maison, le Pad Thaï, le Tom Ka Khaï et le Green Curry, les excellents burgers de Brigitte, le Clam Chowder…
Il y a de tout, typiques ou pas du tout, mais à chaque fois que j’en ferai, on se souviendra de notre tour du monde!

Les souvenirs, en photo ou dans nos esprits

Et puis, il y a tout ce que nous avons vécu. Je ferai des albums photo, des montages vidéo.
Mais il y a des choses que nous ne pouvons informatiser. Nos fous rires quand on voyait les péruviens ramener leur Panetton en Floride lors des fêtes de Noël. La sensation ressentie lors du tremblement de terre au Pérou. Le bonheur de voir Chuchaï et sa maman sortir de leur enclos. La tristesse de quitter Brigitte après notre séjour chez les éléphants, ou Claire et Juan à notre départ de Cusco. Notre bonheur incroyable lorsqu’on a nagé avec les otaries pendant plus de 15 min aux Galapagos. Il y a tellement d’autres exemples…

On oubliera des choses, c’est sûr. Mais il y en aura plein d’autres qui resteront gravés dans nos mémoires.

Les bonnes résolutions après un tour du monde

Et enfin, de mon côté en tout cas, ce voyage m’a permis de prendre de bonnes résolutions. Stéphane peut être aussi, mais je ne les connais pas.

  • On a toujours de bonnes raisons de ne pas faire ce qu’on a envie: le regard des autres, le temps qui nous manque… Et bien maintenant, je veux les faire. Et je m’en donnerai les moyens.
  • Je me suis fait une liste de choses que je veux acheter pour améliorer notre confort. Ca peut être de la chose la plus simple (comme un grille pain avec 4 entrées), à des choses purement fashion (j’adore la marque de chaussures sketchers, je m’en achèterai malgré le prix), ou encore purement de confort (comme les couvertures lestées, ça doit être ultra confortable…)…
  • J’aimerais trouver des activités où Raphaël s’éclaterait, comme des cours de robotique ou des cours de dessin.
  • Je veux changer de coiffure, ou de style. Je veux prendre le temps de me préparer le matin, arrêter d’aller toujours au plus simple ou au plus rapide. J’ai envie de prendre soin de moi, m’acheter ces petits accessoires que je trouve sympas mais que je n’ai jamais osé acheter… Bref, me faire plaisir (dans la limite de mon budget bien sûr!!).
  • J’ai envie de prendre le temps le week end de faire de bons petits déjeuners pour ma petite famille: crêpes, bananes flambées, jus d’oranges pressées… Les idées ne manquent pas.
  • Je veux faire un livre avec les recettes de ma Maman. Pour ne jamais perdre le goût inimitable de sa cuisine.
  • J’ai envie de mieux consommer: utiliser des applications comme Yuka (qui indique si le produit est bon ou pas au niveau de ses composants), choisir des poissons qui ne sont pas en danger, acheter plus de légumes aux producteurs… Il faudra que ce soit simple, pour ne pas lâcher l’affaire dès que le travail et le train train quotidien auront repris!
  • Et pourquoi pas sortir de sa zone de confort plus régulièrement avec des jeux comme Goodbye Confort Zone? Ca m’interpelle, j’aimerais essayer.

Comme vous pouvez le voir, j’ai eu beaucoup d’idées durant ce tour du monde… Je me suis promis de toutes les noter, et de faire en sorte de les réaliser un jour, à court ou moyen terme. On arrête de reporter, et on prend du temps pour soi et sa famille.

C’est sur cette note que je termine cet article. Je ferai bientôt de nouveaux articles, sur le contenu de sacs à dos par exemple, mais aussi de nouveaux montages vidéos par thème. Restez connectés!!

8 commentaires

  1. 18/09/2020… c’était Le Grand Jour
    Aujourd’hui en est un autre 10/05/21
    Nous avons suivi passionnément votre périple semaine après semaine, pays après pays.
    Nous sommes rassurés par votre retour alors qu’on ne se connaît pas plus que cela, juste un peu Steph pour avoir bossé avec lui !
    Peu importe, votre voyage a beaucoup égayé ces 8 derniers mois et nous a rappelé nos voyages.
    Félicitation à Cathy pour tous tes articles, c’était vraiment fantastique et super bien rédigé, un travail de folie durant votre périple!
    Tu devrais penser à te reconvertir dans le voyagisme lorsque le tourisme se relancera.
    On espère vous revoir prochainement
    A bientôt
    Raphaël

    1. Merci beaucoup pour ce retour sympathique !
      Ça me fait toujours plaisir de savoir que les articles sont lus, et appréciés qui plus est!
      Je suis également heureuse de savoir que je peux égayer le quotidien ☺️

      On va te rappeler rapidement pour venir vous voir, vu qu’on passe par la bourgogne.

      1. Bonjour je vous ai suivi et vous m’avez offert la possibilité de voyager avec vous alors que j’ai dû annuler pour le moment le tour du monde dont je rêve depuis 15 ans avec mes enfants
        Et là j’ai vraiment un pincement. En regardant mes mails je savais que j’allais en trouver un de vous certains jours. Et quelle douceur pour moi.
        J’espère pouvoir m’embarquer avec d’autres tour tourumondistes en attendant de pouvoir partir nous aussi et comme ça avoir des idées et suivre vos conseils.
        Je vous souhaite un bon retour et felicite votre fils ! Bien à vous, sophie

        1. Merci beaucoup pour ton retour. Quand penses tu partir du coup?
          Mais oui je suis sure que tu trouveras ton bonheur dans les familles encore en route, il y en a finalement beaucoup malgré la situation!!
          Bonne continuation

  2. Mer il pour ces récits de votre voyage . Toujours très documenté. Merci d’avoir prit le temps . Bon retour à vous et je garde précieusement vos écrits.

  3. 8 mois, 12 mois, … peu importe. Ce n’est ni la durée ni la quantité de pays qui comptent mais bien la qualité des contacts et de l’expérience du moment présent. Et vous l’avez bien compris. J’avais prévu une aventure de 3 à 12 mois et finalement mon voyage a duré 18 mois avec une pause « job » en Australie complètement improvisée. Ce n’est pas une course avec des objectifs à atteindre mais un chemin parsemé de moments vécus en pleine conscience. Bon retour et impatient de partager votre expérience après un journal de « bord »d’une qualité exceptionnelle. Bravo et merci.

    1. Merci beaucoup pour votre retour ☺️ Effectivement certains pensent que c’est une course, mais à mon sens ce n’est qu’expérience ou il faut savoir s’écouter.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :