Maupiti: 4 jours entre lagon et montagne

Deuxième étape en Polynésie et de notre tour du monde, Maupiti nous en a mis plein les yeux! Et plein les jambes…

Jour 1: trajet vers Maupiti et arrivée à la pension

La mission du jour: arriver à faire en sorte de respecter les 5Kg maximum dans chaque bagage cabine… Avec tout le matériel informatique que nous baladons (et qu’on ne veut surtout pas mettre en soute), ce n’est pas chose facile! Après plusieurs essais et en chargeant le petit sac 10L, c’est chose faite.

Mais nous n’avons pas pu le vérifier avec la balance de l’hôtel: ils n’ont pas vérifié le poids des bagages cabine… 🙃🙃

Nous partons donc de Tahiti dans un petit avion à hélices, qui passera au dessus d’îles plus belles les unes que les autres avant d’atterrir à Maupiti.

L’aéroport de Maupiti 

Cet aéroport vaut bien un paragraphe à lui tout seul! Je ne sais pas encore si les autres aéroports des petites îles sont pareil, mais nous avons adoré celui ci!

À l’arrivée, nous avons déjà clairement l’impression d’atterrir dans l’eau.

On sort de l’avion, et on a direct un décor de rêve… Lagon, poissons et plage de sable blanc… Ça donne la couleur direct!

La récupération des bagages se fait sur des étagères où le personnel dépose les valises… Pas de tapis roulant ici!

Quand aux taxis qui emmènent les voyageurs à leurs hôtels, ce sont des bateaux! Et oui, l’aéroport est sur un motu!!

Le trajet vers notre pension (Fare Pae’eo) est un voyage en soit…

La pension Fare Pae’eo et son lagon

Une fois arrivés, nous savons déjà que nous serons bien à Maupiti… 

Les bungalows sont certes sommaires, il ne faut pas espérer avoir une douche avec une bonne pression, pas de clim, et un ventilateur qui donne l’impression d’être sur le point de tomber… Mais!!!

La plage de la pension Fare Pae’eo est top, avec des poissons et coraux à moins de 5m du bord… 

Nelson le propriétaire est adorable, pas de stress, il organise les sorties à la demande des clients.

Certes le ventilateur n’est pas ultra efficace, mais en fait le soir le vent se lève et il fait bien moins chaud. 

C’est donc après une après midi de baignade que nous allons nous coucher, avec comme berceuse le bruit des vagues…

Jour 2: coco, trek, vélo et plage

Depuis que Raphaël a vu les cocotiers partout dans la pension, il a envie d’apprendre à une ouvrir une. Nelson, le propriétaire de la pension, s’en ai chargé. Armé du bon outil et de technique, les voilà qui ouvrent la première coco de Raphaël! Plus tard, il va même réussir à le faire seul, en voilà un qui est fier comme un coq !

Sinon, ce fut une journée à la fois où j’ai cru mourir 20 fois et celle où j’ai cru que c’était le paradis sur terre… 

Peut être que je suis morte et arrivée au paradis??

Le trek du Mont Teurufaatiu

J’ai donc commencé par mourir par ce trek. Certains sites disent que c’est une rando. Ben je peux vous assurer que ce n’est pas une rando!!

Comptez 1:30 de marche, avec un dénivelé de 370m, sur 800m à vol d’oiseau. Ça grimpe sec, très sec. À tel point que régulièrement c’est de l’escalade. Il y a même des endroits où des cordes sont installées pour aider. 

Vous rajoutez à ça la chaleur (quelle idée encore de venir à 10:30…), et vous avez tout ce qu’il faut pour que je meurs.

D’ailleurs si stephane n’avait pas été là pour me pousser au train, j’abandonnais à la moitié de la montée… 

Raphaël, lui, m’a étonné par sa capacité physique… Il n’a pas râlé une seule fois, on aurait dit qu’il avait fait ça toute sa vie… Une fois en haut il était encore au taquet! J’aimerai avoir la moitié de son énergie!!

Stephane a moins souffert que moi, même si la chaleur lui était aussi très pénible… Et le pauvre, à cause de ma petite forme il a porté les 2 sacs quasiment toute la montée… 

Une fois en haut, le panorama est exceptionnel. Je vous laisse juger…

La descente est tout aussi technique que la montée… Désescalader n’est pas franchement super simple, surtout après la montée. 

Nous arrivons en bas vers 13:30. Il faut donc compter 3 heures pour faire l’aller et le retour.

La plage de Tereia:

Et c’est là que nous sommes arrivés au paradis. 

Après avoir le trek, nous enfourchons nos vélos (loués à la pension) direction le côté opposé de l’île. 

Malgré la route plutôt plate, je continue de mourrir, et regarde avec avidité la mer qui m’appelle… 

Nous arrivons enfin à la plage vers 14:00. Ni une ni deux, je me déshabille et vais dans l’eau… Une eau presque trop chaude pour moi qui voulais me rafraîchir, mais d’une transparence de dingue… Nous observons des poissons volants sortir de l eau, des poissons partout… 

Nous mangeons au petit restaurant/roulotte d’à côté (tout juste: il ferme à 15:00!), je me requinque…

Stephane et Raphaël vont ensuite au motu d’en face à pied pendant que me repose à l’ombre. Et oui, l’eau ne va pas à plus haut que la taille, du coup il est possible d’y aller à pied! 

L’après midi se déroule entre les poissons, le sable blanc et une vue de dingue… Que c’est dur…

Jour 3: sortie raies et jardin de corail

La journée démarre couverte de nuages, mais finalement il a fait un temps magnifique.
Par précaution, je prend un cachet contre le mal de mer, espérant que mon estomac va être un peu plus résistant que lors de ma première expérience de snorkeling à Tahiti ! Au final, je ne sais pas ce qui a payé (ne pas manger beaucoup le matin? Le cachet? Le fait de regarder régulièrement l’horizon pendant le snorkeling?), mais mon estomac s’est bien accroché!

Nous partons donc tout d’abord voir les raies à une « station de lavage ». En fait c’est un lieu où il y a des « patates » de corail, qui abritent les poissons qui adorent nettoyer les raies et autres gros poissons des algues qui se posent sur elles. Du coup, les raies viennent se faire nettoyer !

Nous en voyons plusieurs, c’est un vrai plaisir. Elle sont majestueuses, avec leur lent vol dans l’eau… Il faudra attendre que je traite les vidéos pour avoir les images!

Puis, direction le jardin de corail. Pendant la traversée, la femme de Nelson joue d’une sorte de mandoline et pousse la chansonnette. Elle a une voix magnifique, d’une douceur extrême…

Le jardin de corail est en fait la nurserie des poissons. On y vois des petits poissons de toutes les couleurs, dans une eau aussi claire que celle de votre bain!

A midi, nous nous posons sur un motu. Ils nous ont préparé un repas un damner un saint… Lors des repas à la pension le soir nous mangions déjà très bien, mais alors là! Poisson cru cuit au citron, poisson du lagon poêlé, pain coco… Nous nous sommes régalés !!

Nous passons l’après midi sur le motu. Raphaël cherche les raies dans l’eau, Stéphane papote, et moi je fais une petite sieste à l’ombre d’un cocotier… Le paradis je vous dis !

C’était le dernier jour à Maupiti. Demain matin, nous replions bagage, direction Raiatea !

Nos coups de coeur à Maupiti:

Raphaël: la clarté de l’eau, les cocotiers et leurs coco, la plage

Stéphane: les raies manta, le panorama du Mont Teurufaatiu, la clarté de l’eau

Cathy: l’ambiance tranquille, la plage Tereia, les raies manta

Infos pratiques: 

Avion inter îles: attention, 5Kg maximum de chaque bagage à main (1 par personne). Prévoyez!

Logement: le plus simple, il est vrai, est d’avoir un logement sur l’île principale. Chaque transfert depuis et vers les lotus coûtent 1000 XPF/pers. Cela fait donc gagner de l’argent… Mais franchement, dormir dans une petite pension sur un petit motu, c’est classe quand même… 

Trek du Mont Teurufaatiu: je déconseille aux enfants de moins de 10 ans. Et même au delà, il faut que l’enfant soit de bonne composition! Attention, pas mal de passages techniques, les enfants (et les adultes!) doivent faire très attention!
Baskets qui accrochent obligatoire, ainsi que 2L d’eau par personne (c’est pas une blague!!).
Prévoir de venir soit tôt le matin, soit en fin d’après midi pour éviter la chaleur.
Ne pas le faire après la pluie, ça glisserai et serait beaucoup trop dangereux!
Prenez conscience que c’est un trek, pas une rando. Il faut une bonne condition physique, sinon vous allez souffrir. Ça se fait (j’ai réussi, et pourtant je suis loin d’être sportive), mais c’est très dur.

La plage Tereia: à faire absolument! Sur place, il y a un petit snack (chez Mimi) qui sert des casse croutes, du poisson… Attention, les quantités sont énormes, n’hésitez pas à prendre un pour 2 ! Ferme à 15:00

Sortie raies et jardin de corail: sortie inévitable également… Attention le soleil tape dur à Maupiti. Prévoyez de quoi vous couvrir.

Budget:

Location de vélo: 1000 XPF/vélo (8,38€)

Trajet aller/retour vers l’île: 1000 XPF/personne (8,38€)

Bouteilles d’eau sur l’île principale avant la randonnée: 200 XPF/bouteille (1,67€)

Repas à la plage de Tereia: 2980 XPF pour 2 plats, 2 coca et une bière

Sortie raies et jardin de corail: 4000 XPF/pers (33,52€) repas inclu.

5 commentaires

  1. Question pratique… 5kg de bagage par personne en bagages à main… et tu fais quoi du reste de tes affaires ??? Y a pas de soute pour le reste ???

    1. Mais si bien sûr!! C’est juste qu’on n’a pas mal de matos photo/vidéo/informatique qu’on ne veut pas mettre en soute… Du coup il faut jouer 😁

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :