Galapagos: 7 jours à Santa Cruz

Après Quito, nous nous dirigeons vers les Galapagos. Au départ, j’avais prévu d’aller sur Santa Cruz puis Isabella.
Mais après les différentes expériences de mal de mer que nous avons eu en Polynésie, nous aspirons à nous poser et d’éviter la houle. Nous avons donc opté pour 7 jours sur Santa Cruz, pour pouvoir profiter doucement de ce qu’a à offrir cette île des Galapagos.

Jour 1: arrivée aux Galapagos, tortues et tunnels

L’arrivée aux Galapagos

Après moult péripéties, nous arrivons enfin aux Galapagos ! Nous passons les différentes étapes à l’aéroport: vérification des tests PCR et du salvoconducto avant de rentrer dans l’aéroport, passage par l’immigration des Galapagos (et paiement de 20$/personne), passage dans le détecteur et mise des scellés (ils vérifient que vous n’avez pas de plantes ou fruits), dépose des bagages.

A l’arrivée, à l’aéroport de Baltra, encore quelques vérifications: ils reprennent les tests PCR et le salvonconducto. Puis on passe au paiement: 90$/adulte et 70$/enfant. Ca se mérite les Galapagos!

Dernière étape, la récupération des bagages. Un chien renifle tous les sacs et valises: il est interdit d’importer plantes ou fruits, et c’est prit très au sérieux. Les sacs de Stéphane et de Raphaël peuvent être récupérés de suite. Par contre, le mien est repassé au détecteur. Le chien aurait il reniflé quelque chose?
L’agent de sécurité le récupère, et me pose des questions: vous n’avez pas de plantes? De fruits? De légumes? Ben non… C’est qu’il me ferait douter! La personne à côté de moi doit ouvrir sa valise. Moi il me laissera partir avec mon sac sans l’ouvrir. Ai-je été plus convaincante? Allez savoir…
A la réflexion faite, je me demande si le chien n’a pas reniflé notre savon et notre dentifrice qui sont des solides, à base de plantes…

Les tortues géantes d’El Chato et les tunnels de lave

Après avoir récupéré nos bagages, nous prenons le bus vers le ferry. En effet, l’aéroport de Santa Cruz se trouve en fait sur une autre île qui se trouve juste à côté: Baltra. Il faut donc prendre un bus qui emmène à un ferry, puis un taxi pour aller en ville. Les Galapagos, ça se mérite vraiment!

A l’arrivée au Ferry, nous sommes déjà accueillis par une otarie. En attendant le départ, nous l’observons faire ses cabrioles dans l’eau.

Puis nous prenons le taxi. Celui ci nous propose au bout d’un moment de nous arrêter au cratère qui se trouve au centre de l’île, mais il pleut… Alors nous allons directement aux tortues d’El Chato. C’est en fait un ranch, qui permet de protéger des tortues de Galapagos, tout en les gardant en liberté.

Une chouette visite, avec des tortues partout, plus grosses les unes que les autres.

Au même endroit, vous pouvez visiter des tunnels de lave. Notre taxi, qui nous sert de guide à ce moment là, nous y emmène. Nous en avons déjà vu en Islande, nous ne sommes donc pas spécialement impressionnés.

Après cette visite, nous rentrons donc à l’hôtel (Patty Hospedaje). Nous faisons quelques courses pour les jours prochains (nous avons une kitchenette dans le logement) pendant que Raphaël profite de la petite piscine. L’idée de faire des courses pour manger au logement était vraiment une bonne idée: la vie est chère aux Galapagos !

Jour 2: Tortuga Bay

Tortuga Bay

Ce matin, nous nous dirigeons vers Tortuga Bay. C’est une plage très connue pour son sable blanc et ses animaux.

Mais tout d’abord, il faut marcher le long du sentier qui permet d’accéder à la plage. 2,5km d’un sentier très bien préparé, au milieu des cactus et autres plantes diverses. Plutôt sympathique, bien qu’un peu monotone sur la fin!
Attention, interdiction de toucher les plantes ou les animaux!

Nous arrivons à la première plage, mais nous ne pouvons pas nous baigner ici: les courants y sont trop forts.

Il faut continuer de marcher environ un km sur la droite pour arriver à la plage Mansa. Il n’y a quasiment personne. Mais ce km de marche supplémentaire est agréable, nous y croisons pélicans, petits oiseaux et surtout des iguanes marins ! Nous passons pas mal de temps à les observer et les prendre en photo.

Nous arrivons enfin à la plage. Après s’être déshabillés (pratique, ils ont mis des poteaux pour accrocher nos affaires), nous allons dans l’eau avec masques et tubas. Mais l’eau est très trouble, nous ne verrons rien.

Normalement, il devrait y avoir aussi des otaries dans le coin, mais nous ne verrons pas une seule moustache. Peut être qu’il ne fait pas assez chaud? Ou ce n’est pas le bon moment dans la journée? Les animaux sauvages sont imprévisibles, que ce soit au Galapagos ou ailleurs.

Balade sur le port

Après la plage, nous retournons au port pour manger. Près du port, nous voyons enfin quelques otaries qui dorment, ça sent le stress tiens…

Puis un pélican que nous pouvons observer de près (en respectant les 2m de distance bien sûr!).

Le centre Charle Darwin

Puis, nous nous dirigeons vers le centre de conservation des tortues Charles Darwin. Ce centre propose habituellement toute une visite, avec explications et activités autour de la conservation des tortues des Galapagos.

A cause du Covid, les activités sont fermées. Mais il est possible tout de même d’avoir par mal d’explications grâce aux grands panneaux qui se trouvent le long des pontons, et de voir les enclos des tortues.
Une balade instructive, nous recommandons malgré la fermeture des activités.

Jour 3: Playa de los alemanes

Nous passons ce troisième jour en compagnie d’une autre famille de voyageurs en cours de Tour du Monde: La Parenthèse de Chacha. Partis début Juin, ils ont visité le Brésil, l’Equateur et sont à présent aux Galapagos.

Nous prenons tout d’abord un bateau-taxi au port, qui nous emmène au quai juste en face. Après un petit peu de marche, nous arrivons à la playa los alemanes. Les enfants jouent dans le sable, pendant que les adultes parlent beaucoup voyage, un peu école des enfants, et il est vrai également un peu Covid…

Nous avions voulu aller également à Las Grietas, qui est une faille entre la roche volcanique avec une zone pour se baigner. Malheureusement, avec le Covid, un guide officiel est obligatoire pour y rentrer. On fait demi tour, temps pis, ce sera peut être pour une autre fois!

Nous mangeons notre pique nique sur la plage précédente, ça va tout aussi bien! Stéphane se fait litérallement harceler par les oiseaux du secteur pendant qu’il prépare nos sandwichs au thon…

Jour 4: Plongée à Seymour Nord et petit tour au port

La plongée avec Scuba Iguana

Aujourd’hui, nous partons en plongée avec Scuba Iguana, un centre de plongée qui nous a été recommandé par une lectrice du blog (et habitante des Galapagos) et le propriétaire de notre logement. En gros nous sommes partis sereins!

De plus, nous avions fait le tour des centres de plongée quelques jours avant, et c’est ceux qui nous ont le plus convenu. Nous avons discuté avec une monitrice et non juste des « secrétaires », elle connaissait donc parfaitement le déroulement de la plongée. Le matériel était visible depuis le bureau, c’est rassurant. Et au niveau prix, ils étaient dans la moyenne de ce qui se pratique à Santa Cruz.

1ère plongée

A 8:00 du matin, le taxi vient nous chercher, et nous allons au port du Nord de l’île pour récupérer le bateau. Une fois dans le bateau, nous filons vers Seymour Nord, une île au Nord de Santa Cruz. Nous équipons les combinaisons longues (que nous avons essayé la veille) dans le bateau, après le brief.

L’équipe est adorable. Elle nous aide à nous équiper, un moniteur sera dédié à Raphaël, le pied! Il se sent vraiment rassuré de savoir que quelqu’un s’occupera uniquement de lui.

Une fois dans l’eau, nous comprenons pourquoi il est nécessaire d’avoir des combinaisons longues! Après les plongées en Polynésie, le choc thermique est costaud: 21-22 °C en surface…
On descend, et on voit rapidement nos premiers poissons. Ici aussi, la visibilité n’est pas aussi bonne qu’en Polynésie, mais en même temps on compare des choses incomparables! Aucun endroit n’est plus clair que là bas…

Nous observons requin de récif, raies de toutes sortes, nous voyons même un requin marteau assez rapidement.

Le plus drôle à observer: des anguilles de jardin des Galapagos… Ce sont des sortes de vers qui sortent la tête et une partie du corps du sable. Je n’ai pas de photo, mais je vous invite à regarder ce que c’est sur Google !

Raphaël tient la main de son moniteur, qui le guide, l’aide à gérer la pression dans ses oreilles… Il en est ressortit enchanté.

2e plongée

Puis nous remontons. L’équipe nous aide à nous déséquiper, nous donne des serviettes, un snack… Une superbe équipe!

Mais je suis littéralement frigorifiée. Malgré les combinaisons, j’ai eu froid pendant la plongée. Je me dis que pendant l’heure d’attente entre les deux plongée, je me réchaufferai.
J’ai beau aller au soleil, je claque des dents. Raphaël n’a pas si froid (alors que d’habitude c’est lui le plus frileux), mais n’est pas tenté par une 2e plongée car trop fatigué.

J’ai vraiment envie d’y retourner, mais je reste sérieuse: rien que d’imaginer retourner à l’eau… Ce n’est pas la peine de forcer. Stéphane est le seul courageux à retourner à l’eau!

Il y verra une tortue, plusieurs requins marteaux, et même une otarie qui partait chasser et qui est passée à côté d’eux.

A la fin des plongées, nous avions un repas dans le bateau avec des petits sandwichs qui étaient très bons! Nous recommandons vraiment Scuba Iguana, qui ont été top du début jusqu’à la fin. Qualité du matériel, ambiance, prise en charge, gestion de Raphaël. Rien à redire!

Sur la route du retour, notre chauffeur accepte de s’arrêter au cratère au centre de l’île pour faire une petite photo! Impressionnant… Ce cratère a été formé à cause d’un tunnel de lave qui était en dessous: le dessus s’est tout simplement effondré !

Petit tour au port

Sur Internet, j’avais lu qu’être au port au moment du retour des pêcheurs est tout un spectacle: les otaries, pélicans et autres mangeurs de poissons viennent récupérer les restes lorsque les pêcheurs préparent les filets qu’ils vendent.

Autant vous dire que j’étais déçue ces derniers jours, pas de pêcheurs à l’horizon, donc les quelques otaries que nous voyons dorment principalement. Mais nous allons aujourd’hui dans un autre petit port, un peu plus loin sur la rue. Nous y voyons un pêcheur, avec des langoustes. Nous lui demandons s’il a du poisson, j’aimerais vraiment manger un de ces poissons ultra frais… Il ouvre sa glacière, il a de magnifique thons!

Super, nous lui demandons de préparer un filet. Et voilà qu’arrive rapidement l’otarie et son petit qui dormaient à proximité, puis le pélican, le héron… Me voilà ravie!

Nous préparerons ce magnifique filet de thon de 1Kg (payé 5$…) en 2 fois: une fois à la poêle, et une fois mariné au citron avec mangue/kiwi/lait de coco. Miam!!

Jour 5: Las Grietas

Le lendemain, nous retrouvons à nouveau Emeline, Dinis et Louis (La Parenthèse de Chacha) pour une nouvelle virée.
Ils ont trouvé un guide pour nous emmener à Las Grietas pour 50$. On se partage les frais, c’est top!

Las Grietas c’est en fait une faille entre la roche volcanique. En bas, l’eau est moins salée car elle est en fait un mélange d’eau douce et d’eau salée.
Il est impressionnant d’y nager, entre ces hauts rochers, et en ne voyant pas le fond. De beaux poissons sont également présents. L’eau y est fraîche, mais une fois dedans, on s’y habitue.

Un chouette moment, même si la pluie s’en est mêlée. Enfin la pluie ici me fait penser aux brumisateurs qu’on utilise pour se rafraîchir en été… Donc rien de bien méchant!

Jour 6: Snorkeling à Seymour Nord et Mosquera

Aujourd’hui, nous avons réservé une sortie avec Shark Bay Dive Center. Enfin, ce sont plutôt Emeline et Dinis qui ont réservé pour nous tous. Pratique que Dinis parlent couramment espagnol, il a pu négocier un prix pour Raphaël!

Le taxi nous cherche à notre hôtel, nous retrouvons donc nos amis voyageurs au port. Nous attendons que le bateau soit prêt pour l’embarquement. Pendant ce temps, nous observons le déchargement d’un gros bateau, qui galère à vider 3 espèces de rampes… Il faut dire qu’avec des morceaux de bois et une petite pelleteuse, ils ne sont pas aidés…

Nous embarquons enfin après pas mal de temps d’attente: il fallait que le gros bateau finisse une manoeuvre. Et là surprise: nous sommes avec des plongeurs dans le bateau, alors que la veille on nous a indiqué que nous serions sûrement seuls dans le bateau.
Mélanger des plongeurs et des snorkeleurs ne me semble pas une bonne idée, même si les activités se font sur le même site: le rythme n’est pas le même, ni les envies… Nous verrons bien.

1ère mise à l’eau

Nous partons vers Seymour Nord, le même lieu où nous avons plongé il y a 2 jours. Nous nous équipons de nos combinaisons (essayées la veille), et nous nous mettons à l’eau. Surprise pour Emeline et Dinis: la veille ils avaient indiqué avoir des combinaisons pour Louis (6 ans). Quand il l’essaie, c’est une combinaison courte, et bien trop grande pour lui. C’est la plus petite qu’ils ont paraît il… Autant dire qu’ils n’ont pas de quoi faire pour un enfant de 6 ans. Ca aurait été bien de prévenir. Le pauvre aura trop froid, il ne profitera pas vraiment de la partie snorkeling.

De mon côté, j’ai également peur d’avoir autant froid que lors de la plongée… Mais finalement ça va. En snorkeling, nous allons moins profond, et moins longtemps, ce qui fait que je n’ai pas aussi froid qu’en plongée.

On observe des requins qui sont au fond, recroquevillés les uns contre les autres pour se tenir chaud, un poisson bleu absolument énorme, des petits poissons transparents qui ressemblent à du crill (vous savez, ce que mange les baleines…).

En sortant, nous luttons un peu tous contre le mal de mer. Nous devons attendre que les plongeurs remontent avant de pouvoir continuer… Ma crainte commence à se confirmer.
De plus, nous voyons l’équipage bidouiller le moteur, ce n’est pas très rassurant… Le capitaine va ensuite faire un tour de bateau, pour tester les nouveaux réglages. Ca l’air de tenir.

2e mise à l’eau

Pendant que les plongeurs remontent dans le bateau, nous allons une 2e fois à l’eau. En effet, le secteur n’est pas exactement le même, nous pouvons observer de plus près une otarie qui se fait griller au soleil et quelques oiseaux.

A la remontée sur le bateau, ça devient de plus en plus difficile d’être avec des plongeurs. En effet, entre deux plongées, ils doivent attendre une heure. Ce qui fait que nous devons également attendre une heure à se faire balloter dans le bateau! L’estomac de Dinis ne tiendra pas…

Un des moniteurs nous annonce la suite: ils déposent les plongeurs à la pointe de Seymour Nord, et nous pourrons nous mettre à l’eau également à cet endroit. Ensuite nous irons tous à la plage en face (sur l’île de Mosquera). Nous demandons tous à être directement déposés sur la plage. Nos estomacs ne pourront plus tenir, et nous savons que nous risquons d’être encore plus balotés à la pointe de Seymour. Ils acceptent, ouf!

Les otaries de Mosquera

Ce fut la meilleure idée que nous avons eu. Aucun intérêt de se remettre à l’eau une 3e fois, alors que juste en face nous attends un superbe endroit avec otaries joueuses et pélicans…

Pendant que les autres sont en plongées, nous observons les pélicans, des os de baleines, les enfants font des châteaux de sable… Et surtout Stéphane et moi passerons facilement 15-20 min à nager avec 2, puis 3 otaries! Un souvenir inoubliable…

Au marchant le long de la plage, nous aurons l’occasion d’observer un bébé otarie qui vient de naître, il avait encore le placenta d’accroché…
Puis en nageant vers le bateau pour repartir, des otaries reviendront jouer autour de nous. Raphaël a eu lui aussi l’occasion de les observer !

Petite vidéo pour vous montrer l’agilité de ces gentilles petites bêtes !

Nous embarquons donc à nouveau pour le retour au port. Le capitaine longe les falaises, il ne part pas directement en pleine mer. Bizarre. On comprend vite pourquoi: il finit par s’arrêter, et l’équipage remet les mains dans les moteurs. Ca bidouille, ça met des rilsans… Steph a l’impression de comprendre qu’ils ont des entrées d’air dans l’arrivée d’essence. Super…
Pendant ce temps là, nous sommes balotés, pas très fort, mais quand même… Nous finissons par repartir. Parfois avec un moteur, parfois le deuxième arrive à se lancer. Nous sommes heureux d’arriver enfin à bon port, sur la terre ferme!!

Nous sommes heureux de cette journée, grâce au temps passé avec les otaries.

7e jour: plage La Ratonera

En ce 7e et dernier jour, nous y allons tranquille. Nous nous sommes donnés rendez vous pour un dernier restau avec La Parenthèse de Chacha le soir, c’est tout ce que nous avons au programme!

Le matin, après la réservation d’hôtel pour la suite (Guayaquil) et l’école de Raphaël, nous nous dirigeons vers la plage du Centre Charles Darwin (La Ratonera). Elle n’est pas bien grande, mais nous ne l’avions pas encore vue.

Elle est faite de plein de petits coquillages. Nous ne nous baignons pas, mais Raphaël joue un peu dans le sable.

Nous achetons également quelques souvenirs avant de remonter manger au logement. L’après midi, rien de bien spécial: une bonne sieste pour les parents, du jeu vidéo pour Raphaël, un peu de blog pour Maman et c’est partit pour le restau avec les copains!

Une dernière journée bien cool, ce qui fait du bien de temps en temps.

Rendez vous au prochain épisode: direction Cuenca !

Informations pratiques:

Tests PCR: A savoir que depuis le 20 Octobre 2020, il n’est plus nécessaire de faire un test PCR pour les enfants de moins de 18 ans.

Salvoconducto: le salvoconducto est en fait un droit de passage donné par le ministère. Il est demandé par l’hôtel que vous avez réservé. Il y a un délai de 24 heures environ.
L’ambassade de France à Quito m’avait dit que ce n’était plus nécessaire. C’est une fausse information: il faut toujours le salvoconducto à ce jour.

Mise des scellés: attention, si vous avez comme nous des sacs à dos que vous mettez dans des sacs de protection ensuite pour les protéger des avions, il faut mettre les protection avant de les passer à la mise sous scellé. Il faut absolument que le scellé soit visible tout le long du trajet, vous ne pourrez donc pas mettre vos sacs de protection au-dessus.

Paiements à l’aéroport: attention, toutes les taxes doivent être payées en espèces. Prenez l’habitude, aux Galapagos, ils ne prennent pas beaucoup la carte!

Logement: Nous recommandons le Patty Hosepdaje. Les propriétaires sont très sympathiques, ont très bien géré le salvoconducto, et le logement était tout à fait correct. Ce sont des petits appartements, avec kitchenette. Il y a une petite piscine, mais l’eau était quand même très fraîche…
Nous recommandons fortement de prendre un logement avec kitchenette: votre portefeuille vous le remerciera! N’hésitez pas à réserver loin du centre si l’hôtel prête des vélos. Nous étions quasiment au bout de la ville, le plus loin du centre, et en vélo ça se faisait très bien. En moins de 10min vous êtes au centre, et il y a des pistes cyclables partout!

Sortie snorkeling: nous ne recommandons pas forcément Shark Bay Diving. Entre le bateau qui faisait des siennes, la combinaison de Louis trop grande pour lui alors qu’ils avaient dit avoir de quoi faire, le fait qu’on soit avec des plongeurs… Je ne sais pas quelle agence serait mieux, mais nous recommandons plusieurs choses:
Tester la totalité des combinaisons avant
Demander des combinaisons longues obligatoirement
Demander à ne pas être avec des plongeurs
Pour le bateau, difficile de savoir avant…
Et dans l’idéal demandez à passer un max de temps à Mosquera, c’est là où il se passe le plus de choses !

Durée sur les îles: comme vous avez pu voir, nous n’avons fait que Santa Cruz. 6 jours aurait été suffisant pour tout faire. Nous ne regrettons pas de n’avoir fait que cette île, étant sujets au mal de mer.
Mais les autres îles, Isabella notamment, a apparemment d’autres choses à offrir. Malgré tout, il est à mon sens dommage de ne rester que 2 jours sur Santa Cruz, comme beaucoup le font, sous prétexte qu’elle est plus touristique que les autres. Elle a beaucoup a offrir!

Carte de paiement et cash: on a trouvé un seul endroit où il était possible de payer par cash: le supermarché du port. Sinon, aucun endroit n’acceptait les cartes. Ni les centres de plongées, ni l’hôtel, ni même à l’aéroport pour payer les taxes d’entrée!! Faites très attention à vos plafonds de retraits!

Budget pour 7 jours à Santa Cruz (Galapagos)

Transport et taxes d’entrée

Avions: les billets de base étaient de 495€ pour les 3 pour le Quito – Santa Cruz (escale à Guayaquil) et 487€ pour le Santa Cruz – Guayaquil.
Nous avons dû rajouter 173,86€ pour la modification des premiers billets suite au retard des résultats des tests PCR.

Taxes pour entrer aux Galapagos: 20$/personne à l’aéroport + 90$/adulte et 70$/enfant à l’arrivée aux Galapagos

Bus entre l’aéroport et le Ferry: 25$ pour 3 l’aller et le retour (vous payez tout en une fois à l’arrivée)

Ferry après l’aéroport: 1$/personne pour chaque trajet

Taxi entre le Ferry et Puerto Ayora avec tour à El Chato: 50$

Bateau-taxi vers Playa de los Alemanes et Las Grietas: 0,80$/personne et par trajet

Activités

El Chato et les tunnels de lave: 5$/personne

Plongée avec Scuba Iguana à Seymour Nord: 150$/personne

Guide pour Las Grietas: 50$, que nous avons partagé avec nos amis voyageurs.

Snorkeling Seymour Nord et Mosquera: 120$/personne, mais Dinis nous a négocié Raphaël au prix d’un enfant (80$)

Hôtel et frais du quotidien

Hôtel à Puerto Ayora (Patty Hospedaje): 251,90€ pour 7 nuits. Le prix était particulièrement intéressant, ils faisaient un prix spécial (Covid sûrement!)

Blanchisserie à l’hôtel: 5$/lavage (2 sacs à chaque fois)

Location de masque: 3$/jour à l’hôtel (on a oublié le mien à Moorea…)

Frais de retrait: comptez entre 1,5 et 3$ par retrait!

Repas: 203 € en ayant surtout mangé au logement ou pique nique. Nous avons mangé 2 fois dans un restaurant.

Bilan du budget

Au total, nous en avons eu pour 2715€, soit 387€/jour. J’avais prévu dans le budget 323€ par jour. Nous dépassons donc le budget par jour, mais nous nous en sortons largement car nous avons finalement fait que 7 jours au lieu de 11.

Ce qui a joué dans ce surcoût:
– Les 173€ de modification des billets d’avion
– La plongée: j’avais lu des prix à 40$/personne sur internet, sauf que ces plongée d’une demi journée ne sont plus proposées en ce moment. Ce ne sont que des plongées d’une journée ou presque, avec repas, etc. Donc beaucoup plus chères.
– Normalement, Las Grietas ne demande pas de guide. A cause du Covid, nous avons dû en payer un.

Nous nous sommes rattrapés avec les repas et l’hôtel, que nous avons payé beaucoup moins cher que prévu.

4 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :